tenancier

tenancier

tenancier, ière [ tənɑ̃sje, jɛr ] n.
• 1490; fém. 1690; de l'a. fr. tenance « propriété, tenure »; de tenir
1Féod. Personne qui tenait en roture des terres dépendant d'un fief.
(1617 ) Mod. Personne qui tient une exploitation (fermier, métayer...), et spécialt une petite métairie dépendant d'une plus grosse ferme.
2Admin. ou péj. Personne qui dirige, qui gère un établissement soumis à une réglementation ou à une surveillance des pouvoirs publics ( directeur, gérant). (1893) Tenancier d'une maison de jeux. Tenancière d'une maison de prostitution. (Sans valeur péj.) Tenancier d'un hôtel. 1. patron, fam. taulier.

tenancier, tenancière nom (ancien français tenance, propriété) Vieux. Personne qui dirigeait un établissement soumis à la surveillance des pouvoirs publics, et dont l'ouverture était soumise à autorisation. Personne qui tenait une terre à cens ou à bail. ● tenancier, tenancière (synonymes) nom (ancien français tenance, propriété) Personne qui dirigeait un établissement soumis à la surveillance des...
Synonymes :
- patron (familier)
- tôlier (populaire)

tenancier, ère
n.
d1./d Fermier d'une petite exploitation agricole dépendant d'une ferme plus importante.
d2./d Personne qui gère un établissement soumis à une réglementation des pouvoirs publics. Tenancier d'un bar, d'un hôtel.

⇒TENANCIER, -IÈRE, subst.
A. — Subst. masc., DR.
1. [Sous l'Ancien Régime] Celui qui possédait en roture des terres dépendantes d'un fief auquel étaient dus des cens ou autres droits. De l'autorité seigneuriale, il subsistait une part de la justice, la police du village, des prérogatives honorifiques, des monopoles comme la chasse (...), le servage, surtout dans le centre et l'est de l'Europe, et enfin la propriété éminente du sol que traduisaient les redevances réelles des tenanciers (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 51).
Franc tenancier. ,,Celui qui tenait une terre en roture, mais qui en avait racheté les droits`` (BOUILLET 1859).
2. Mod. ,,Fermier d'une petite métairie dépendant d'une grosse ferme`` (CAP. 1936). Les agents des landlords ayant conseillé à la duchesse de Sutherland de consacrer ses terres à l'élevage du mouton plutôt que de les laisser à des tenanciers qui payaient mal leurs fermages (BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p. 279).
B. — Subst., lang. admin., ou parfois péj. Celui, celle qui gère, qui tient un établissement soumis à une autorisation d'ouverture et à une surveillance des pouvoirs publics. Tenancier, tenancière de bar, de café, d'hôtel, de maison de jeux, de maison publique. Ce devait être quelque tenancière de grande maison de filles, une maquerelle en voyage (PROUST, Sodome, 1922, p. 858). La bonne femme, c'était la tenancière du bistro (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 199).
P. anal., sans valeur péj., surtout au fém. Tenancière de cabinets, de lieux d'aisance, de chalet de nécessité; tenancière de vestiaire. Le jeune homme passe devant la boutique. Il remarque la tenancière. Un simple journal à demander le matin et l'après-midi, voilà un commencement de relations qui se change en une cour (BOURGET, Actes suivent, 1926, p. 83).
REM. Tenance, subst. fém., dr. (anc. régime). a) Condition, situation juridique du tenancier. Vers le quinzième siècle, une révolution s'accomplit (..). La féodalité devint territoriale. Le clan se transforma en tenance (BOURGET, Ét. angl., 1888, p. 72). b) Fief, possession. Sa majesté a par an sept cent mille livres sterling de liste civile, sans compter les châteaux (...) fiefs, tenances (...), prébendes, dîmes et redevances (HUGO, Homme qui rit, t. 2, 1869, p. 104).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1461 Saint-Blin (Haute-Marne) « celui qui tient des terres en roture, dépendantes d'un fief auquel il est dû des cens ou autres droits » (Ordonnances des rois de France de la troisième race, éd. De Pastoret, t. 15, p. 83); b) 1617 « fermier d'une petite métairie dépendant d'une plus grosse ferme » (A. D'AUBIGNÉ, Faeneste, I, 1, éd. H. Weber, p. 676); 2. 1893 « celui qui tient une maison de jeu, de prostitution » (DG). Dér. de l'a. fr. tenance « propriété, possession » (XIIIe s. ds GDF. et T.-L.; également att. aux sens de « gage » et de « liaison » au XIIe s., ibid.), lui-même dér., à l'aide du suff. -ance, de tenir. Cf. a. fr. tenëor « tenancier » (ca 1175, Chronique Ducs Normandie, 12864 ds T.-L.). Fréq. abs. littér.:61. Bbg. QUEM. DDL t. 27 (s.v. tenancier-guide).

tenancier, ière [tənɑ̃sje, jɛʀ] n.
ÉTYM. 1490, tenancier; tenancière, 1690; dér. de l'anc. franç. tenance « propriété, tenure », de tenir.
1 Féod. Personne qui tenait en roture des terres dépendant d'un fief (contr. : alleutier).
(1690). Mod. Personne qui tient une exploitation (fermier, métayer…; → Morceler, cit. 2), et, spécialt, une petite métairie dépendant d'une plus grosse ferme. Fermier (2.).
1 Les ecclésiastiques tenanciers du roi tiennent leurs terres par baronnie et sont obligés aux mêmes services que les laïques.
Michelet, Hist. de France, IV, V.
2 (1893). Admin. ou péj. Personne qui dirige, qui gère un établissement soumis à une réglementation ou à une surveillance des pouvoirs publics ( Directeur, gérant). || Tenancier d'une maison de jeux, d'une maison publique ( Prostitution; → Reprocher, cit. 12). Taulier.(V. 1922). Sans valeur péj. || Tenancier d'un café, d'un hôtel. Patron. || Tenancière de vestiaire, de chalet de nécessité…
2 (…) la tenancière de l'établissement (…) se mit à me parler (…) Françoise assurait qu'elle était marquise et appartenait à la famille de Saint-Ferréol. Cette marquise me conseilla de ne pas rester au frais et m'ouvrit même un cabinet en me disant : « Vous ne voulez pas entrer ? en voici un tout propre, pour vous ce sera gratis ».
Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, Pl., t. I, p. 492.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • tenancier — tenancier, ière (te nan sié, siè r ) s. m. et f. 1°   Terme de féodalité. Celui, celle qui tenait en roture des terres dépendantes d un fief.    Franc tenancier, celui qui tenait des terres en roture, mais qui en avait racheté les droits. 2°   Il …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • tenancier — Tenancier, [tenanc]iere. s. Celuy qui tient des terres en roture, dependantes d un fief, auquel il en paye cens. Il a fait assigner les tenanciers pour luy rendre adveu, pour luy donner par declaration …   Dictionnaire de l'Académie française

  • TENANCIER — IÈRE. s. T. de Droit. Celui, celle qui tenait des terres en roture, dépendantes d un fief auquel il était dû des cens ou autres droits. Il a fait assigner les tenanciers pour lui passer déclaration.   Franc tenancier, Celui qui tenait des terres… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Tenancier — Tenure Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Éducation Carrière du chercheur Doctorant Chercheur non titulaire Chercheur titulaire Enseignant chercheur …   Wikipédia en Français

  • TENANCIER, IÈRE — n. T. de Jurisprudence féodale Il se disait de Celui, de celle qui tenait des terres en roture, dépendantes d’un fief auquel il était dû des cens ou autres droits. Il fit assigner les tenanciers pour lui passer déclaration. Il se dit aujourd’hui… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • franc-tenancier — ⇒FRANC TENANCIER, IÈRE, subst. HIST. (féod.). Tenancier/tenancière d une censive dont il/elle avait racheté les droits. Ce mot de Franklin signifiait primitivement un homme libre, un franc tenancier, jouissant dans un petit domaine à lui de la… …   Encyclopédie Universelle

  • franc tenancier — /fronk tenonsyey/ In French law, a freeholder …   Black's law dictionary

  • franc tenancier — /fronk tenonsyey/ In French law, a freeholder …   Black's law dictionary

  • franc tenancier — A freeholder. francum. See feudum francum …   Ballentine's law dictionary

  • tenancière — ● tenancier, tenancière nom (ancien français tenance, propriété) Vieux. Personne qui dirigeait un établissement soumis à la surveillance des pouvoirs publics, et dont l ouverture était soumise à autorisation. Personne qui tenait une terre à cens… …   Encyclopédie Universelle


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»